Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 17:02

spiderLe fil que produit l’araignée pour fabriquer sa toile suscite un grand intérêt dans le domaine des matériaux. Les propriétés exceptionnelles de ce produit surpassent tout ce que les ingénieurs ont pu concevoir. Les biologistes et ingénieurs réalisent donc, encore une fois, que les systèmes biologiques sont significativement supérieurs aux inventions humaines équivalentes. Un projet conjoint impliquant l’armée américaine et une firme de biotechnologie, Nexia, a permis d’annoncer la réussite des premières imitations de ce matériau.

 

De quoi faire rêver

 

Le fil d’araignée est une « nanofibre » de haute performance. Ce fil qui est d’une épaisseur 10 fois plus petite qu’un cheveu peut arrêter une abeille voyageant à 20 milles à l’heure sans se rompre.

 

Le matériau composant le fil d’araignée est 5 fois plus solide que l’acier (à poids égal) et il est du même coup flexible ! Non polluant autant pour sa fabrication que sa dégradation, ce matériel fait rêver toute l’industrie des matériaux.

 

Un rapport de la revue Science de janvier 2002 affirmait :

 

La soie d’araignée est plus solide que le kevlar et plus extensible que le nylon, une combinaison de propriétés j’avais vue dans aucune autre fibre.

 

Une merveille

 

spineretL’araignée produit cette soie mais elle doit aussi l’excréter de façon synchronisée pour la fabrication de la toile. Sur l’abdomen de l’araignée se trouve plusieurs fois un organe multi-poreux (spinneret) qui excrète la matière lorsque l’araignée active les muscles de cette région.

 

 

 

 

 

 

 

Aussi, la confection de la toile de l’araignée est une merveille en soit. Un article de National Geographic d’août 2001 rapportait ceci :

 

Vous avez essentiellement un animal aveugle avec un système nerveux limité qui construit une structure compliquée dans un environnement imprédictible. L’araignée fait ce qui serait pour l’humain des calculs très complexes : Combien est grand l’espace ouvert ? Combien de soie est-ce que j’ai ? Combien de point d’attachement sont disponibles ? Les araignées ne sont pas des petits automates faisait faisant la même chose encore et encore. Elles sont flexibles. Et elles ne sont pas stupidement flexibles, elles sont intelligemment flexible.

 

 

Apparition simultanée et origine

 

Est-il possible qu’une araignée un jour ait vu soudainement apparaître sous son abdomen les organes excréteurs (spinneret) et que, du même coup, tout son système nerveux se soit synchronisé pour produire la soie d'araignée, ce matériau technologiquement très avancé, juste au bon moment et pour construire, sans savoir pourquoi, une toile ? Une araignée ne « sait pas » qu’une toile va lui procurer son moyen de survivre. Elle le fait par instinct génétique, c’est-à-dire que cet instinct est programmé dans ses gènes.

 

En conclusion, il doit y avoir les gènes qui produisent la soie d’araignée ; une tâche qu'un ingénieur actuel peut à peine égaler. Au même moment, il doit y avoir les gènes qui induisent la production des organes très complexes qui permettent l’excrétion du liquide et sa réorganisation moléculaire qui produit le puissant fil d’araignée. Pour finir, l’araignée doit avoir l’instinct génétique qui lui permet de résoudre plusieurs problèmes complexes pour fabriquer sa toile. Si ces éléments ne sont pas tous apparus simultanément, le système partiel est inutile et rejeté par la sélection naturelle. 

 

L'apparition simultanée appartient à la théorie créationniste, alors que le gradualisme appartient à la théorie de l'évolution. L'étude des systèmes biologiques mène très fréquemment à la conclusion d'une nécessité de cette apparition simultannée des différentes parties d'un système complexe. Ces derniers ne sont pas décomposables comme le voudrait les tenants de la théorie de l'évolution.

 

Ce n’est pas difficile de croire qu’un créateur intelligent existe quand on considère que des centaines d’ingénieurs n’ont pas assez de connaissance et d’intelligence pour arriver à seulement 10% des résultats que des petites bestioles produisent. Par contre, croire que ces nombreux mécanismes génétiques sont apparus simultanément, en synchronisation, par le concours du hasard est une pure folie.

 

Source : “Mammalian Cells Spin a Spidery New Yarn” Science, 18 janvier 2002: Vol. 295. no. 5554, pp. 419 – 421

 

“Nexia and US Army spin the world’s first man-made spider silk performance fibers” http://www.eurekalert.org/pub_releases/2002-01/nbi-nau011102.php

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires