Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2007 4 05 /04 /avril /2007 16:00

Une équipe internationale vient de publier les résultats d’analyses par spectroscopie d’un fossile de cténophore trouvé en Chine. Il s’agirait du plus vieux fossile de « jellyfish » (méduse), daté à "540 millions d’années" (sic) (époque Cambrienne).  (Proceedings of the National Academy of Sciences, Avril 2007)

 

 

Ceci est un choc pour les évolutionnistes mais une confirmation de la théorie créationniste. En effet, le créationnisme prédit une stabilité dans les groupes majeurs d’animaux, c’est-à-dire que les cnidaires, par exemple, peuvent se diversifier par des micros changements mais jamais aucune nouvelle fonction biologique ne peut émerger par descendance.

 

 

Même si cela est effectivement la règle générale du registre fossile, nous avons désormais un autre exemple frappant qui confirme la règle et valide le modèle créationniste. Cette preuve est que aussi « loin » que l’on peut « creuser », les fossiles démontrent une fascinante similarité avec les espèces vivants aujourd’hui et qui sont du même classement biologique. (des exemples tels des fossiles salamandres et grenouilles datés à plus de "100 millions d’années" ont conduit au même constat).

 

L’article en question aborde aussi la position évolutive qu’on a voulue donné précédemment aux cténophores. On leur donnait la position transitive entre les éponges et les cnidaires. Selon les analyses du récent fossile mise au jour, cette idée ne tient pas la route :

 

 

« (…) la suggestion par Shu et al. que les cténophores occupent une place de transition évolutive entre les éponges et les cnidaires est inconsistante avec plusieurs lignes d’évidences, autant anatomiques que moléculaires. »

 

 

Au final, on réalise que la position créationniste est confortée par l’accumulation des données paléontologiques alors que la position évolutionniste se détériore par le même phénomène.

 

 

Source : Chen, Schopf, Bottjer et al, “Raman spectra of a Lower Cambrian ctenophore embryo from southwestern Shaanxi, China, Proceedings of the National Academy of Sciences USA, 0.1073/pnas.0701246104.

Selon les analyses des structures anatomiques identifiables sur le fossile, celui-ci révèle une similarité remarquable avec les jellyfish « modernes » qui colonisent actuellement les mers environnant la Chine.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

arnodu 02/07/2007 19:25

Une analyse assez pertinente pour comprendre pourquoi le créationnisme trouve un plus grand écho chez les protestants et musulmans que chez les catholiques ou les juifshttp://www.historia-nostra.com/index.php?option=com_content&task=view&id=610&Itemid=60

Paris8philo 05/05/2007 21:41

venez voir la nouvelle communauté
Science et physique quantique http://www.over-blog.com/com-1001411564/Science.html